Musée Fernand Léger

Quelques mots et images pour vous inciter à visiter le superbe musée Fernand Léger à Biot, l’exposition temporaire « Vis-à-vis, Fernand Léger et ses ami.e.s », l’exposition permanente, l’architecture et la disposition des lieux sans oublier le très agréable jardin, sa buvette avec vue sur la gigantesque mosaïque extérieure aux couleurs vives et rafraîchissantes.

Un jardin à l’abri des pins

Panoramique au jardin du musée Fernand Léger à Biot
Façade principale du musée : mosaïque de Heidi et Lino Mélano, hauts reliefs de Roland et Claude Brice, réalisés à partir du projet inachevé de Fernand Léger pour le stade vélodrome d’Hanovre (Allemagne). Musée national Fernand Léger, Biot ©ADAGP, Paris, 2019.

Sauf à se rendre un jour de très mauvais temps, la halte dans le jardin, à l’ombre des pins devant une boisson ou même un repas, face à la mosaïque ornant la façade du musée, participe au plaisir de visiter les lieux. Une sorte de mise en bouche avant de rentrer dans le musée. Le parc abrite une petite pinède d’essences méditerranéennes, oliviers, cyprès etc.… La conception du parc fut confiée à Henri Fich qui œuvra également au musée Chagall à Nice. Anecdotique, mais très agréable, de gros « poufs » (assise réalisée de petites billes) permettent de se caler confortablement pour une éventuelle petite sieste. Les 400 mètres carrés juxtaposant mosaïques et céramiques sont, à partir d’un dessin de Léger, l’œuvre de Heidi et Lino Mélano (mosaïques) et Roland et Claude Brice (pour la partie en céramique à droite de la composition et représentant des scènes de jeux et de vélos).

Le premier musée d’art moderne de la Côte d’Azur

photo Fernand LégerSur un terrain acquis quelques mois avant sa mort sur la commune de Biot, sa veuve, Nadia, et son plus proche collaborateur, Georges Bauquier, firent construire le musée par l’architecte André Svetchine. L’inauguration sous le patronage de Picasso, Chagall et Braque réunit plus de cinq mille invités. En 1969, André Malraux alors ministre de la Culture, reçoit au nom de l’État la donation par la famille Léger du musée et de ses œuvres.
Le musée se compose de deux étages dans un style moderne avec de nombreux puits de lumière aussi bien latéraux que verticaux au second étage. Le rez-de-chaussée accueille une première et grande salle au bout de laquelle se trouve l’auditorium diffusant des vidéos explicatives. Cette salle présente aux visiteurs le musée, son histoire et sa construction. Des mosaïques s’offrent au toucher du visiteur, qui se trouve ainsi sensoriellement et digitalement, actif lors sa visite. Une série très intéressante de photos retrace la vie du musée, de Fernand Léger et de ses proches.

L’exposition temporaire « Vis-à-vis » jusqu’au 23 septembre 2019

Musee Fernand Léger et ses ami.e.s Le public en visite, accompagné par Justyna Ptak, guide-conférencière Rmn, devant les œuvres de (à gauche) de Mikhaïl Larionov, Promenade. Vénus de boulevard, 1912-1913. Huile, pâte à papier et colle sur toile (Centre Pompidou, musée national d'art moderne/CCI, Paris). Et de Fernand Léger, Esquisse pour la femme en bleu, 1912. Huile sur toile (musée national Fernand Léger, Biot). Musée national Fernand Léger, Biot ©ADAGP, Paris, 2019.

Répartie sur les deux étages, il s’agit de la troisième et dernière partie de ce volet mettant en exergue le travail collaboratif et les amitiés du peintre mais également les influences réciproques relevant de l’œuvre de l’artiste. Ce troisième volet explore les thèmes de la représentation humaine et des paysages. Vous aurez ainsi le loisir d’admirer les tableaux du peintre et ceux de nombreux de ses contemporains tels que Picasso, Botero, Delaunay, Braque, Dubuffet, Matisse etc.
Une éventuelle visite guidée (gratuite le premier dimanche du mois) ou à défaut l’utilisation d’un audiophone vous permettra de mieux comprendre et cerner toutes ces relations artistiques…Les commissaires de l’exposition sont Anne Dopffer et Julie Guttierez.

Un second étage lumineux et moderne abritant de nombreuses œuvres de Fernand Léger

Musee Fernand Léger Vue du salon de lecture, à l’étage du musée. Au mur (à gauche), Fernand Léger (et ses élèves), Liberté, j'écris ton nom, d'après le poème de Paul Eluard, 1953. Peinture murale en 4 panneaux, gouache, huile sur bois et peinture acrylique (musée national Fernand Léger, Biot) © Cécile Grindel-Boaretto / ADAGP, Paris, 2019. Sur le mur de droite : Fernand Léger, Les Oiseaux sur fond jaune, vers 1955. Huile sur toile (musée national Fernand Léger, Biot) ©ADAGP, Paris, 2019.
La première salle de l’étage vous propose une très instructive fresque chronologique contextualisant la vie et l’œuvre de Fernand Léger au fil de la fin du 19ème et première partie du 20ème siècle. Un vitrail monumental colore les lieux. Une partie de l’exposition temporaire occupe une vaste salle séparée par de grandes cloisons. Vous trouverez ici le tableau d’Eduardo Arroyo représentant Fernand Léger assis à cheval sur une chaise, servant d’illustration à l’affiche de l’exposition temporaire.
Les œuvres plus classiques de l’exposition permanente se trouvent dans la dernière aile de cet étage. Des céramiques monochromes, ou presque, font ressortir des courbes, visages et scènes. Tandis que des tableaux, quasi naïfs, de toutes tailles illuminent les lieux de leurs couleurs vives. Les talents de coloriste de Léger égayent la visite. De nombreuses couleurs semblent avoir été piochées juste à l’extérieur du musée : les différentes teintes de vert de la végétation, les bleus du ciel et de la mer, les ocres et rouges de l’architecture locale sans oublier les jaunes du mimosa et autres fleurs.
A noter la présence d’un petit espace dédié à la lecture d’ouvrage d’art, agréable et sympathique.

Musee Fernand Leger 6
Vue de l’exposition « Vis-à-vis. Fernand Léger et ses ami.e.s ». Au premier plan, la sculpture de Robert Julius Jacobsen, Harmonie fidèle, 1957. Fer oxydé forgé © Galerie Lahumière, Paris. Au fond à gauche : Jean Dewasne, La Clé ou l'Architecte, 1959. Peinture laquée sur isorel © Galerie Lahumière, Paris. Au fond à droite : Fernand Léger, Projet pour une peinture murale Vulcania, 1951. Huile sur toile (musée national Fernand Léger, Biot). ©ADAGP, Paris, 2019. Sur le mur de droite : Eduardo Arroyo, Fernand Léger, 2007. Huile sur toile © Adagp, Paris, 2019 / photo Galerie Louis Carré & Cie, Paris.
Musee Fernand Leger 10
Aperçu de l’accrochage des collections permanentes, à l’étage. Musée national Fernand Léger, Biot ©ADAGP, Paris, 2019.
Musee Fernand Leger 3
A l’étage, à voir un magnifique vitrail exécuté par les Ateliers J. Loire et fils (Lèves), 1989-90. D’après un dessin non daté de Fernand Léger, proche d’un projet de vitraux pour le musée de Caracas (Venezuela). Musée national Fernand Léger, Biot ©ADAGP, Paris, 2019.
Musee Fernand Leger 9
Des visiteurs contemplant les collections du musée : à gauche, Fernand Léger, Les Plongeurs polychromes, 1942-1946. Huile sur toile ; à droite, Fernand Léger, Les Loisirs sur fond rouge, 1949. Huile sur toile. Musée national Fernand Léger, Biot ©ADAGP, Paris, 2019.
Musee Fernand Leger 2
Salle du rez-de-chaussée consacrée au 50e anniversaire du musée et à un parcours tactile de découverte de la mosaïque : au mur, à gauche (photographie, légende en attente) ; et Fernand, Léger, Maquette pour un bâtiment du Gaz de France, à Alfortville (non daté). Relief, mosaïque de céramique (musée national Fernand Léger, Biot) ©ADAGP, Paris, 2019.
Musee Fernand Leger 4
Dans le parcours de l’exposition « Vis-à-vis. Fernand Léger et ses ami.e.s » : entre autres, sur le mur de gauche, Marcelle Cahn, Avion - Forme aviatique (détail), 1930. Huile sur toile (musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole). Fernand Léger, L’Avion dans le ciel, 1939-1952. Huile sur toile (musée national Fernand Léger, Biot) ©ADAGP, Paris, 2019. A droite : Fernand Léger, Le Grand Remorqueur, 1923. Huile sur toile (musée national Fernand Léger, Biot) ©ADAGP, Paris, 2019. Et Thorwald Hellesen, Peinture 1920, 1920. Huile sur toile (musée d'Art moderne de la Ville de Paris).
Musee Fernand Leger 5
Exemple d’un des vis-à-vis de l’exposition : à gauche Fernand Léger, Femmes au perroquet sur fond rouge, 1951. Céramique émaillée (musée national Fernand Léger, Biot) ©ADAGP, Paris, 2019. A droite, Jean Dubuffet, Le Veilleur, 1972. Peinture sur résine stratifiée, structure métallique sur 4 roues (Centre Pompidou, MNAM-CCI, Paris) ©ADAGP, Paris, 2019.
Musee Fernand Leger 7
Vue à l’étage de l’exposition « Vis-à-vis. Fernand Léger et ses ami.e.s » : sur le côté gauche, Jean Dubuffet, Le Veilleur, 1972. Peinture sur résine stratifiée, structure métallique sur 4 roues (Centre Pompidou, MNAM-CCI, Paris) ©ADAGP, Paris, 2019. Au fond, Eduardo Arroyo, Fernand Léger, 2007. Huile sur toile © Adagp, Paris, 2019 / photo Galerie Louis Carré & Cie, Paris.
Musee Fernand Leger 1
Le jardin du musée national Fernand Léger et sa buvette. Façade principale du musée : mosaïque de Heidi et Lino Mélano, hauts-reliefs de Roland et Claude Brice, réalisés à partir du projet inachevé de l’artiste pour le stade vélodrome d’Hanovre (All.). Musée national Fernand Léger, Biot ©ADAGP, Paris, 2019.

Merci à Sandrine Cormault Chargée de communication des musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes de nous avoir fourni les légendes détaillées ci-dessus.

Vous l’avez compris à la lecture des quelques lignes ci-dessus, nous vous recommandons chaleureusement et vivement la visite de ce musée azuréen tant pour la beauté des œuvres de Fernand Léger, leur puissance, que pour l’agencement des lieux. Les visiteurs du musée sont ici impliqués dans leur parcours. De nombreuses activités, du type atelier de lecture, ateliers d’enfants etc...vous permettront de fréquenter ce musée comme un véritable lieu de vie.

Quelques infos

  • Musée national Fernand Léger
    Chemin du Val de Pôme
    06410 Biot
  • www.musee-fernandleger.fr
  • 04 92 91 50 30
  • Tarifs: 7,50 €, réduit 6 €, groupes 7€ (à partir de 10 personnes) incluant la collection permanente
  • Ouvert tous les jours sauf le mardi et le 1er mai de mai à octobre, de 10h à 18h

Mots-clés: Alpes Maritimes, Culture, Arrière-pays